Un espion ordinaire (2020)

1960. Modeste représentant de commerce anglais, Greville Wynne se retrouve plongé au cœur de la guerre froide. À la demande du MI-6 et de la CIA, il noue une alliance aussi secrète que périlleuse avec le colonel soviétique Oleg Penkovsky. Objectif : fournir les renseignements nécessaires aux Occidentaux pour éviter un affrontement nucléaire et désamorcer la crise des missiles de Cuba. Il entame alors une série d’allers-retours entre Londres et Moscou en prenant de plus en plus de risques…

Carte d’identité du film:

Titre original: The Courier

Réalisateur: Dominic Cooke

Acteurs principaux: Benedict Cumberbatch, Merab Ninidze, Rachel Brosnahan, Jessie Buckley, Angus Wright,…

Genre: Drame, film d’espionnage

Durée: 111 minutes

Date de sortie belge: 23 juin 2021

Mon avis:

Hello les cocottes, on se retrouve aujourd’hui pour parler d’un film que j’ai été voir tout a fait par hasard. En fait, en cherchant dans le programme des sorties ciné, j’ai vu la bouille de Benedict et j’ai été intriguée. Comme quoi le casting est important et le hasard fait bien les choses…

Ce film avait tout pour me plaire dés le départ puisqu’il s’agit d’une histoire vraie, que ça nous montre une autre facette de la guerre froide et que Benedict est un sacré génie dans son genre.

Je suis une grande fan des films de guerres mais je dois reconnaitre que je ne connaissais pas du tout cette partie de l’Histoire et Greville Wynne et Oleg Penkovsky.

J’adore quand le cinéma me permet d’étayer ma culture générale.

Ce film est tout simplement génial. Il m’a embarqué au bout de quelques minutes. J’ai stressé comme rarement et j’ai pleuré comme une madeleine…

Benedict a réussi à me briser le coeur et il y a deux scènes qui m’a particulièrement arracher cet organe si vital. Je n’ai pas été surprise de son talent car tous ceux qui le suivent un peu, savent qu’il est grandiose.

Par contre, j’ai découvert Merab Ninidze qui lui aussi est magistral dans son rôle.

Ce film est a la fois déchirant (puisque bon la guerre froide, c’est pas super marrant) et en même temps, il m’a redonnée foi en l’humanité.

Un film que je recommande chaudement et qui devrait être vu par tout le monde.

Sons of Philadelphia (2020)

Philadelphie. Il y a trente ans, la famille de Michael a recueilli Peter à la mort de son père, dans des circonstances opaques. Aujourd’hui, Peter et Michael sont deux petits malfrats aux tempéraments opposés. L’un est aussi violent et exubérant que l’autre est taciturne. Quand Michael est désigné comme « gênant » par la mafia italienne », le passé trouble de la famille ressurgit…

Carte d’identité du film:

Titre original: Brothers by Blood

Réalisateur: Jérémie Guez

Acteurs principaux: Matthias Schoenaerts, Joel Kinnaman, Ryan Philippe, Maika Monroe,…

Genre: Polar/Thriller

Durée: 105 minutes

Date de sortie belge: 9 juin 2021

Mon avis:

Hello les cocottes, on se retrouve aujourd’hui pour parler d’un film américano-franco-belgo-néerlandais (rien que ça) que j’avais très envie de voir. On ne va pas se mentir, je voulais le voir, principalement pour Matthias Schoenaerts que j’aime du plus profond de mon coeur.

C’est l’un des meilleurs acteurs belges! Il est charismatique, il est taciturne, il peut tout jouer, il a des yeux a se damner et ce regard qui fait passer un tas d’émotions même sans ouvrir la bouche. Bref: je l’aime.

Je ne sais pas si le réalisateur a écrit le personnage de Peter lui va à merveille. C’est un homme qui a subit un traumatisme enfant et qui en garde « des séquelles ». Il est taciturne, il boxe et il est loin d’être bête.

En face, nous retrouvons le personnage de Michael qui est le chef de la mafia irlandaise et qui est une raclure… Et Joel l’incarne parfaitement. Ce qui m’a d’ailleurs un peu perturbé puisque j’avais son rôle dans Suicide Squad en tête.

J’ai apprécié ce film mais il faut savoir que c’est très lent et que la fin est assez abrupte. Malgré cela, j’avais envie de savoir comment ça allait se finir et je n’ai pas été déçue.

Note : 3.5 sur 5.

Kaamelott: Premier volet

Le tyrannique Lancelot-du-Lac et ses mercenaires saxons font régner la terreur sur le royaume de Logres. Les Dieux, insultés par cette cruelle dictature, provoquent le retour d’Arthur Pendragon et l’avènement de la résistance. Arthur parviendra-t-il à fédérer les clans rebelles, renverser son rival, reprendre Kaamelott et restaurer la paix sur l’île de Bretagne ?

Carte d’identité du film:

Réalisateur: Alexandre Astier

Scénario: Alexandre Astier

Musique: Alexandre Astier

Acteurs principaux: Alexandre Astier, Lionnel Astier, Alain Chabat, Géraldine Nakache, Christian Clavier, Clovis Cornillac, Guillaume Gallienne, Antoine de Caunes, Franck Pitiot, Jean-Christophe Hembert, Jacques Chambon, Thomas Cousseau, Joëlle Sevilla, Audrey Fleurot, Anne Girouard,…

Genre: Comédie d’aventure

Durée: 120 minutes

Date de sortie belge: 21 juillet 2021

Mon avis:

Oyé Oyé gentes dames et gentilshommes, nous somme réunis ce jour pour parler du premier volet de Kaamelott du génie qu’est Alexandre Astier.

La légende arthurienne est déjà mon dada mais ce qu’en a fait Monsieur Astier est tout aussi légendaire.

12 ans d’attente, c’est long mais je peux vous dire que l’attente en valait la peine.

Pour rappel, à la fin du livre VI de Kaamelott, le Roi Arthur désabusé et affaibli, rendait Excalibur au rocher et laissait son trône à Lancelot du Lac (ancien compagnon de fortune et rival). Grâce à Venec (le bandit) il s’exilait à Rome afin de se remettre de ses blessures.

Dix ans plus tard, nous retrouvons le Royaume de Logres toujours gouverné par un Lancelot tyrannique, qui, aidé des Saxons pourchassent les anciens Chevaliers de la Table Ronde et la résistance. Arthur Pendragon que beaucoup croyaient mort, refait son apparition.

Je ne vais pas vous parler du film en lui-même mais je vais juste vous donner mon ressenti… Ce film est une pure merveille.

Un savant mélange de l’humour des premiers livres et de la gravité des deux derniers. Il plaira donc à tous les fans de la série.

On découvre de nouveaux éléments sur le passé d’Arthur qui nous tease, je suppose, des éléments des volets suivants. Car, oui je le rappelle, il s’agira d’une trilogie.

J’ai passé deux heures de bonheur intense. J’ai rigolé comme ça ne m’était plus arrivé depuis longtemps, j’ai été émue (oui oui, j’ai même versé ma petite larme), bref j’ai pris énormément de plaisir à retrouver ces personnages géniaux.

Le scénario est génial, le casting est grandiose, les décors et la réalisation sont magnifiques et du côté de la musique, comme dirait mon frère: Alexandre Astier n’a rien à envier à Hans Zimmer. Et puis, on en parle de la beauté de cette affiche?

Je n’ajouterai qu’une chose: Merci pour tout Monsieur Astier.

« Il est fort le salaud »

Être une femme de nos jours…

Hello les cocottes, aujourd’hui, j’ai décidé de vous publier un article un peu plus « sérieux » car il est important de parler de ces choses-là.

Il y a peu, lors d’une discussion banale avec d’autres filles/femmes, je me suis rendue compte qu’on avait toutes subi des agressions de la part d’un ou plusieurs hommes, qu’elles soient verbales, physiques ou sexuelles.

Je trouvais donc important de parler avec vous de la difficulté d’être une femme dans ce monde en vous donnant plusieurs situations typiques.

Ces situations, je les ai subie ou je connais quelqu’un qui les a subie (comme toutes les femmes).

  • Se faire siffler dans la rue, se faire klaxonner
  • Être suivie
  • Recevoir des demandes de photos nues
  • Recevoir des photos d’organes génitaux masculins
  • Être draguée lourdement
  • Se faire toucher les fesses, les seins ou l’entre-jambes sans notre accord
  • Dire non plusieurs fois à un garçon et malgré ça, avoir des relations sexuelles (bref être violée)
  • Se faire traiter de salope, d’allumeuse ou de pute
  • Recevoir des avis déplacés et non sollicités des gens sur sa tenue
  • Devoir supporter des injonctions comme « Souris un peu, tu serais plus jolie »
  • Être giflée par un homme
  • Être rabaissée
  • Être embrassée de force
  • Être saoulée/droguée en soiree
  • Devoir supporter des blagues/propos salaces
  • Subir des moqueries/remarques sur son physique
  • Avoir eu son soutien-gorge dégrafé « pour rire »
  • Avoir du faire certaines pratiques sexuelles alors qu’on avait clairement dit qu’on ne voulait pas
  • Devoir rire à des blague sur le viol
  • Subir les « frotteurs » dans les marchés, bars, transports en commun,…
  • Se faire insulter et/ou agresser lorsque l’on dit non
  • Le chantage « Si on ne couche pas ensemble, c’est fini »

Toutes ces situations ne sont pas normales et il serait grand temps d’éduquer les hommes et de leur rappeler ce que sont le respect et le consentement (entre autres choses).

Respect (nom masculin) Sentiment qui porte à accorder à qqn de la considération en raison de la valeur qu’on lui reconnaît

Consentement (nom masculin) Acquiescement donné à un projet, décision de ne pas s’y opposer

J’ai subi certaines de ces choses alors que j’étais dans des lieux publiques, entourée par beaucoup de gens et personne n’a jamais réagi, comme si c’était normal…

Alors je sais que tous les hommes ne sont pas mauvais mais messieurs, pouvez-vous affirmer que vous n’avez jamais, même sous le coup de l’humour, fait subir ce genre de choses à une femme?

Pour embrayer sur ce thème, je vais vous parler de la culture du viol. C’est un concept sociologique que l’on utilise pour qualifier les comportements et les attitudes partagés au sein d’une société donnée qui minimisent, normalisent voire encouragent le viol.

Notre société minimise les viols et pire les font entrer dans la culture. Que ça soit au cinéma, à la télévision, dans la littérature,… On nous offre des scènes qui sont soit-disant normales voire romantiques comme un garçon qui embrasse un femme qui dort, qui l’a réveille en lui faisant l’amour,… donc sans son consentement.

Dans le même genre, autre banalisation: une femme mariée qui refuse de coucher avec son époux n’est pas considérée comme victime d’un viol par la société alors que clairement elle l’est.

En plus de cela, nous avons le concept de slut shaming qui fait culpabiliser la victime de viol en lui disant que c’est parce qu’elle avait une jupe et qu’elle l’a donc « bien cherché » ou « fallait s’y attendre, elle emballe un mec différent à chaque soirée ».

Qu’importe sa tenue, sa manière de s’exprimer, de danser,… une femme mérite le respect et ne devrait pas subir ce genre de situations.

En général, lorsqu’une femme fini par révéler avoir été victime d’une agression/d’un viol, on lui dit qu’elle doit passer à autre chose et bien souvent sa parole est remise en cause, elle doit prouver qu’elle a été une victime, qu’elle ne l’a pas cherché… et c’est un comportement méprisable.

Une femme agressée/violée l’est en majorité par une personne qu’elle connait, pas par un inconnu dans une ruelle sombre…

Je vous laisse un lien vers un sondage réalisé par amnesty en Belgique: https://www.amnesty.be/campagne/droits-femmes/viol/article/sondage-viol-chiffres-2020?gclid=EAIaIQobChMI2IDExND68QIVkQDmCh3zMwR8EAAYAiAAEgJwMPD_BwE

Et à côté de ça, il y a aussi toutes les remarques que les femmes subissent de la part de la famille, des amis,… sur la manière de gérer leur vie.

  • Alors toujours célibataire?
  • T’es sure que tu ne préfères pas les filles?
  • Le bébé c’est pour quand?
  • Le mariage c’est pour quand?
  • T’es encore jeune tu sais tu changeras peut-être d’avis (lors d’un refus d’avoir des enfants)
  • À ton âge j’étais marié et j’avais des enfants
  • Vu ton caractère, pas étonnant que tu sois seule…
  • T’aurais pas un peu grossi/maigri
  • Tu serais mieux avec quelques kilos en plus/en moins

Plus toutes les remarques sur l’allaitement ou l’éducation des enfants…

Même si ces remarques ne sont pas forcement faites pour faire mal, en général, elles le font.

Bref, de nos jours, il est très difficile d’être une femme bien dans sa peau/épanouie car la société fait tout pour nous mettre des bâtons dans les roues (et je n’aborderai pas les différences salariales), alors mesdames: bravo à nous.

« Les chemins de traverse » de Anaïs Cros

Résumé:

Bastien, quadragénaire mal dans sa peau, est arrivé à un tournant de sa vie. Bien décidé à solder les comptes du passé, il prend la route pour un ultime voyage, sans se douter des rencontres qui émailleront ses chemins de traverse et qui auront un impact aussi fort qu’inattendu sur le cours de son existence !

De Strasbourg à Nogent-sur-Marne, du Havre aux Saintes-Maries-de-la-Mer, Bastien entame le dialogue avec des personnes singulières : le mystérieux Tarek, qui semble vivre dans son propre monde ; la jeune Julie, fugueuse solaire ; le gargantuesque acteur Stéphane Demissy… Chacun à sa manière lui apportera beaucoup et l’éclairera sur lui-même. Jusqu’à lui ouvrir de nouvelles perspectives ? 

Carte d’identité du livre:

  • Auteure: Anaïs Cros
  • Maison d’édition: Auto-édition
  • Genre: Contemporain
  • Nombre de pages: 178
  • Date de sortie: 8 février 2021

Mon avis:

Hello les cocottes, on se retrouve aujourd’hui pour parler d’un livre que j’ai lu en service presse via la plateforme Simplement Pro.

Je sortais un chouïa de ma zone de confort qu’est la romance puisqu’il s’agit d’un roman contemporain.

Dans ce livre, nous partons en road trip avec Bastien. Bastien qui n’est pas satisfait de sa vie, qui se reproche des choses de son passé et qui à un but, qui nous est caché, avec ce voyage.

Au fil de son voyage, il va faire la connaissance de plusieurs personnes: Tarek, Stéphane, Julie,… Chacune de ces personnes est un peu paumée mais ils vont tous avoir un impact sur Bastien et ils vont le faire réfléchir sur sa vie.

C’était vraiment une lecture très sympa. Elle nous rappelle que parfois une rencontre qui semble insignifiante peut avoir un impact énorme sur notre vie.

Le seul reproche que je pourrais faire, c’est que la fin est un peu abrupte pour moi. J’aurais aimé savoir ce qu’il se passe ensuite. Savoir ce que Tarek et Stéphane sont devenus par exemple.

Si vous aimez les road trip, ce livre est fait pour vous.

Note : 4 sur 5.

Cruella (2021)

Londres, années 70, en plein mouvement punk rock. Escroc pleine de talent, Estella est résolue à se faire un nom dans le milieu de la mode. Elle se lie d’amitié avec deux jeunes vauriens qui apprécient ses compétences d’arnaqueuse et mène avec eux une existence criminelle dans les rues de Londres. Un jour, ses créations se font remarquer par la baronne von Hellman, une grande figure de la mode, terriblement chic et horriblement snob. Mais leur relation va déclencher une série de révélations qui amèneront Estella à se laisser envahir par sa part sombre, au point de donner naissance à l’impitoyable Cruella, une brillante jeune femme assoiffée de mode et de vengeance …

Carte d’identité du film:

Réalisateur: Craig Gillespie

Acteurs principaux: Emma Stone, Emma Thompson, Mark Strong, Joel Fry, Paul Walter Hauser,…

Genre: Comédie dramatique

Durée: 134 minutes

Date de sortie belge: 28 mai 2021 (sur Disney+), 9 juin 2021 (au cinéma)

Mon avis:

Hello les cocottes, on se retrouve ENFIN pour une chronique cinéma… Je n’avais plus mis les pieds dans nos salles obscures depuis 238 jours et ça m’avait tellement manqué! (Et j’ai mis 3 plombes à vous sortir mon avis…)

Et pour ce retour au cinéma, le choix a été simple: Cruella.

Je suis une grande fan d’Emma Stone. Pour moi, elle peut tout jouer. Elle est parfaite dans tous les styles. Et puis, je la trouve magnifique.

Le film est donc un préquel des films avec Glenn Close (productrice de ce film) qui étaient eux-mêmes adaptés du dessin animé de Disney. Et si je veux pousser le bouchon, adapté du roman de Dodie Smith XD

Cruella se divise entre guillemets en 2 parties. La vie d’Estrella et puis la vie de Cruella.

La partie sur Estrella est un peu plus lente mais ça ne m’a pas du tout dérangé. J’ai adoré découvrir l’histoire d’Estrella jusqu’au moment où elle devient Cruella. Sa naissance, sa tragédie personnelle, sa jeunesse en tant que vaurienne, les liens entre elle et Jasper, Horace, Anita et Roger, et son rêve de devenir une grande styliste.

La seconde partie est beaucoup plus rythmée car Estrella qui a fait une énorme découverte sur sa vie, veut se venger et va devenir Cruella pour cela.

Emma Stone est absolument géniale et face à elle, Emma Thompson est tout aussi magistrale. Elles sont un des points positifs du film.

Le stylisme du film, la bande-son sont deux autres éléments qui m’ont beaucoup plu.

Je n’ai pas vraiment de reproches à faire à ce film qui vaut clairement la peine d’être vu sur grand écran.

Note : 5 sur 5.

J’espère vraiment que l’on aura un second volet, voir plus.

« Rock’N Shadow » de Elle Séveno

Résumé:

Vous connaissez les films qui racontent les aventures d’un super héros charismatique et de son coéquipier trop cool? Bah, ce coéquipier c’est moi, Dylan! Et le super héros, c’est Blake, le mec le plus beau et le plus sympa du monde, que je n’ai pas le droit de regarder! 

Pourquoi? Parce qu’il est mon tuteur, qu’on a dix ans d’écart, que je suis lycéenne et lui chef d’entreprise, que des dizaines de nanas canons se pavanent devant lui. Et moi… je me balade en baskets et en jean. OK, je suis du genre hyper rapide et hyper douée à l’escalade, mais pour séduire un mec – ce mec –, ce n’est pas bien efficace.

Je devrais me faire une raison. Le super héros est inaccessible! Il ne me verra jamais autrement que comme une petite sœur… 

Mais il se passe quoi lorsque le héros est en mauvaise posture, et que seule sa coéquipière peut encore le sauver ? Peut-être qu’à ce moment-là, je deviendrai autre chose à ses yeux…

Carte d’identité du livre:

  • Auteure: Elle Séveno
  • Maison d’édition: Les éditions Cyplog
  • Collection: Sélène
  • Genre: Romantic suspense
  • Nombre de pages: 349
  • Date de sortie: 24 juin 2021

Mon avis:

Hello les cocottes, on se retrouve aujourd’hui pour parler du dernier roman d’Elle Séveno. Elle est l’une de mes auteurs chouchou, vous savez ces auteurs dont vous ne ratez aucune sortie et qui font mouche à tous les coups.

Encore une fois, Elle se réinvente et nous propose un romantic suspense que j’ai énormément aimé et qui m’a parfois fait penser à Batman.

Au niveau de la construction du livre, nous sommes dans un livre à la première personne, avec une alternance dans les chapitres (parfois Rocket, parfois Shadow) et 3 parties.

Dans la première partie, nous découvrons Blake et Dylan. Blake qui a 10 ans de plus que Dylan, qui est son tuteur et qui le soir venu devient Shadow et protège la ville. On découvre également que Dylan est amoureuse et qu’elle est son acolyte, Rocket.

La deuxième partie est faite de chapitres sur leur passé et elle permet de vraiment comprendre l’évolution de leur relation et j’ai beaucoup aimé.

Et la dernière partie se déroule 2 ans après la première et là on est vraiment dans un suspense dingue. Rocket va devoir sauver Shadow mais y parviendra-t-elle?

J’ai vraiment adoré ce livre aussi bien pour la relation entre Blake et Dylan que pour le côté Super Héros.

Je suis passée par toutes les émotions possibles car Elle adore être un chouia sadique et elle l’a encore prouvé lol.

Le personnage de Dylan est vraiment génial. Elle est peut-être jeune mais elle sait ce qu’elle veut et elle fait tout ce qu’il faut pour ça. Elle est super drôle, elle n’a peur de rien (ou presque) et elle est vraiment badass. Elle est vraiment ma préférée et même si Blake est canon et génial, j’ai été sous le charme de Dylan #BookGirlfriend

Dés le début du livre, on ressent que Blake est l’homme de sa vie et c’est frustrant que tout ne se passe pas comme on le voudrait XD.

Bref vous l’aurez compris (même si encore une fois je n’arrive pas à être claire quand il s’agit d’Elle), c’est une histoire originale qui ravira beaucoup de monde. Des fans de slow romance aux fans de romantic suspense.

Par contre, je ne sais pas si c’est parce que je n’ai pas pu le lire d’une traite à cause de ma semaine de nuits ou pas mais je n’ai pas eu de coup de coeur cette fois-ci. Je suis quasi sure que c’est cette coupure dans ma lecture qui m’en a empêché et ça m’embête…

Note : 5 sur 5.

Encore bravo aux éditions Cyplog pour cette sublime couverture.

« Disgrace » de Brittainy C. Cherry

Résumé:

Après quinze années de vie commune, mon mari m’a quittée pour une autre. Je ne voyais pas comment je pourrais exister sans lui à mes côtés. Tout ce que je voulais, c’était qu’il revienne.

C’est alors que Jackson est apparu sur ma route. Il n’était pas censé être autre chose qu’un flirt d’été. Un moyen de me changer les idées et de restaurer la confiance de mon cœur meurtri. Nous étions parfaits l’un pour l’autre, car nous savions tous les deux que notre histoire ne durerait pas. Jackson n’était pas un adepte de l’engagement et j’avais cessé de croire en l’amour.

Tout allait bien jusqu’à ce fameux soir où mon cœur a sauté un battement. Je n’étais pas préparée à ce qu’il me fasse rire. Ni réfléchir. Ni qu’il efface ma tristesse. Quand vont le temps de nous séparer, mon cœur ne savait pas comment rompre. Petit à petit, de mon mari, l’objet de mes prières commença à dévier vers l’homme qui n’était pas fait pour moi. Je priais pour qu’il me sourie encore une fois, qu’il m’embrasse encore une fois, qu’il me fasse rire encore une fois, qu’il me touche encore une fois… Je priais pour qu’il soit à moi. Même si je savais que son cœur n’était pas fait pour l’amour.

Carte d’identité du livre:

  • Auteure: Brittainy C. Cherry
  • Maison d’édition: Hugo Publishing
  • Collection: New romance
  • Genre: Drame
  • Nombre de pages: 453
  • Date de sortie: 4 mars 2021

De la même auteure:

« Eleanor & Grey » de Brittainy C. Cherry

« Landon & Shay Tome 1 » de Brittainy C. Cherry « Landon & Shay Tome 2 » de Brittainy C. Cherry

« Behind the bars » de Brittainy C. Cherry

Mon avis:

Hello les cocottes, on se retrouve aujourd’hui pour parler du dernier livre de Brittainy C. Cherry; Disgrace.

Brittainy est une auteure que j’adore car elle réussi toujours l’exploit de nous déchirer le coeur et de nous le colmater dans la même histoire.

Elle a une capacité assez incroyable à nous faire ressentir les choses et à nous créer des personnages très forts.

Dans cette histoire, nous suivons Grace Harris. Elle est la fille du pasteur de la petite ville où elle a grandi, elle a toujours été une gentille fille obéissante. Grace a été trompée par son amour de jeunesse et elle va passer l’été dans sa famille, et plus précisément chez sa petite soeur.

Jackson quant à lui est considéré par la petite ville comme la brute, le mauvais garçon, le coureur de jupon, le fils de l’alcoolique notoire,…

Et quand Grace décide d’arrêter de faire plaisir à tout le monde, elle décide de vivre quelque chose avec lui durant l’été.

J’ai eu un énorme coup de coeur pour Jackson. Il est tellement touchant qu’on ne peut que s’attacher à lui. C’est un book boyfriend parfait. Et sa relation avec son chien! J’en ai des envies de câlins rien que d’y penser.

Les personnages secondaires sont eux aussi géniaux, même ceux qui nous paraissent horribles. Enfin presque tous.

Une magnifique histoire de rédemption, de pardon, d’acceptation que j’ai dévoré.

« The Hate U Give » de Angie Thomas

Résumé:

Starr a seize ans, elle est noire et vit dans un quartier difficile, rythmé par les guerres entre gangs, la drogue et les descentes de police. Tous les jours, elle rejoint son lycée blanc situé dans une banlieue chic ; tous les jours, elle fait le grand écart entre ses deux vies, ses deux mondes. Mais tout vole en éclats le soir où son ami d’enfance Khalil est tué. Sous ses yeux, de trois balles dans le dos. Par un policier trop nerveux. Starr est la seule témoin. Et tandis que son quartier s’embrase, tandis que la police cherche à enterrer l’affaire, tandis que les gangs font pression sur elle pour qu’elle se taise, Starr va apprendre à surmonter son deuil et sa colère ; et à redresser la tête.

Carte d’identité du livre:

  • Auteure: Angie Thomas
  • Maison d’édition: Nathan
  • Genre: Jeunesse
  • Nombre de pages: 495
  • Date de sortie: 5 avril 2018

Mon avis:

Hello les cocottes, on se retrouve aujourd’hui pour parler d’un livre que j’ai acheté à la foire du livre de Bruxelles en 2018. J’étais avec Kim et on étaient super excitée par ce livre mais au final, on ne l’avait toujours pas sorti de notre PAL.

Il était devenu une relique de notre PAL commune et il était temps de lui donner sa chance et c’est ce qu’on a fait en mai.

Ce livre jeunesse traite du racisme et des violences policières aux états-unis… Et je dois dire que c’est assez triste de voir que les choses ne se sont toujours pas améliorées à ce niveau-là…

Ces deux sujets sont des sujets très délicats et je trouve que l’auteure les abordes de manières assez brillantes et sans faire de généralités.

Nous suivons Starr, une jeune fille de 16 ans qui est noire et qui vit dans une banlieue où les gangs sont la normalité. Lors d’une soirée, une fusillade explose et elle fuit les lieux avec son ami de toujours Khalil.

Elle n’avait pas revu ce dernier depuis un moment et ils profitent du trajet en voiture pour rattraper le temps perdu. Oui mais voilà, ils se font contrôler par la police et même s’ils n’ont rien fait, Khalil est abattu par l’agent 115 de 3 balles dans le dos.

Nous allons donc suivre la vie de Starr après « l’incident ».

Sa vie dans son école privée, sa vie à la maison, le procès de l’agent 115,…

On nous montre le racisme dans toute sa splendeur, des petites choses que nous les blancs nous faisons en ne pensant pas à mal à la violence qui en découle.

C’est vraiment un livre très fort mais pas fastidieux, un livre qui fait réfléchir et que tout le monde devrait lire.

J’ai vraiment beaucoup aimé la famille de Starr et l’évolution de la jeune femme suite au meurtre de son ami.

J’ai hâte de regarder l’adaptation cinématographique et de voir si elle est réussie.

Il disait que Thug Life, ça voulait dire: « The Hate You Give Little Infants Fucks Everybody ». La haine qu’on donne aux bébés fout tout le monde en l’air.

« Des paillettes dans le sable » d’Enolla Brunetti

Résumé:

« Il faut parfois peu de choses pour arriver au bonheur. L’année où j’ai découvert qui j’étais vraiment, j’aurais aimé que l’on me dise que tout ce qui arrive, que ce soit positif ou négatif a un sens. »

Avocate dans le cabinet familial, Anna, 30 ans, mène une vie monotone mais avec un projet en tête : avoir un enfant avec son mari Baptiste. Alors qu’elle prépare l’anniversaire de sa mère, une série d’évènements et de révélations fâcheuses vont contrarier ses plans. Douce, mais déterminée, elle n’hésitera pas à prendre la route vers la Bretagne pour découvrir les secrets qui entourent son passé. Sa rencontre avec Antony et sa fille Lucia et son amour naissant pour lui, bien que parsemé d’embuches, vont la bouleverser et lui faire prendre conscience que la route qu’elle a choisie, n’est peut-être pas la bonne.

Carte d’identité du livre:

  • Auteure: Enolla Brunetti
  • Maison d’édition: Librinova
  • Genre: Contemporain
  • Nombre de pages: 229
  • Date de sortie: 7 décembre 2020

Mon avis:

Hello les cocottes, on se retrouve aujourd’hui pour parler d’un service presse que j’ai reçu via la plateforme SimplementPro.

Lorsque l’auteure m’a proposé de lire son roman, j’ai tout de suite accepté car le titre m’intriguait beaucoup, je le trouvais très poétique. J’ai ensuite lu le résumé, et j’ai été convaincue que ça pourrait me plaire.

Nous suivons dans ce livre, un morceau de vie d’une jeune femme de 30 ans, Anna, qui n’est pas heureuse dans son métier et qui suite à plusieurs événement va se décider à changer de vie et vivre son rêve de jeunesse.

C’est vraiment ce cheminement qui est au centre de l’histoire et la manière dont les rencontres qu’elle va faire, vont la pousser vers son rêve.

J’ai lu ce livre d’une traite, c’était agréable, fluide, sans prise de tête et ça m’a aussi fait me questionner sur ma vie et mes rêves.

Il y a une jolie romance, des histoires de famille, quelques « drames » et donc une reprise en main personnel.

On s’identifie très facilement à Anna et on prend plaisir à la suivre, la découvrir.

C’est vraiment une jolie histoire que je vous recommande.

Note : 4 sur 5.