« L’affaire Eva Beck » de Julie Rivard

Cap-à-Nipi, petit village québécois à flanc de montagne, est en apparence bien tranquille. C’était avant qu’une organisation criminelle composée exclusivement de femmes se mette à sévir dans la région. Le sergent-détective Henrik Hansen se voit confier l’enquête. Pensant que son supérieur essaie de le ménager en raison du syndrome post-traumatique dont il souffre, il prend l’affaire un peu à la légère. Pourtant il apprend rapidement qu’il a eu tort de sous-estimer La Pieuvre, surtout lorsque la mystérieuse dirigeante du groupe l’entraîne dans les eaux les plus sombres qui soient: celles de son passé.

Carte d’identité du livre:

Auteure: Julie Rivard

Maison d’édition: Hugo Publishing

Collection: Hugo Poche

Genre: Suspense romantique

Nombre de pages: 334

Date de sortie: 3 mars 2022

Format: poche (7,6€)

Mon avis:

Hello les cocottes, on se retrouve aujourd’hui pour parler de « L’affaire Eva Beck » de Julie Rivard.

Pour la petite histoire, l’auteure est canadienne et j’ignorais cela lorsque j’ai demandé ce service presse et je vous avoue que les expressions, les « tics de langage », les termes propres au canadien m’ont, au départ posé beaucoup de problème dans ma lecture. En gros, en une semaine, j’avais lu à peine la moitié du livre, alors que ce dernier n’est pas particulièrement épais.

Vous l’aurez compris, il m’a fallu un temps d’adaptation… Et c’est un point important à signaler pour les futurs lecteurs, d’après moi.

Du côté de l’histoire, on est plus sur un roman policier que sur une romance mais ça ne m’a pas du tout dérangé.

J’ai beaucoup apprécié le « héros » du roman, le sergent-détective Henrik Hensen, et je crois que ce qui m’a le plus plu chez lui, c’est ses failles. J’espère d’ailleurs que l’on approfondira le côté rétablissement psychologique dans les tomes suivants.

Car oui, Hugo va nous sortir 3 livres de l’auteure et il fera partie des 3 histoires, restent à savoir dans quelles proportions.

J’ai beaucoup aimé sa soeur Astrid, ainsi que les jumeaux (ses collègues) même si au final, on ne les connaît pas tant que ça.

Et ce qui m’a fait plaisir, c’est que l’on traite d’une organisation criminelle uniquement composée de femmes.

J’aurais aimé que les chapitres soient plus courts mais je fais partie de la #TeamChapitresCourts donc je ne suis peut-être pas des plus objectives.

Au niveau de l’enquête; il y a quelques facilités dans sa résolution, et j’ai trouvé la fin un peu brusque mais dans l’ensemble ça reste un livre plutôt sympa.

Note : 3.5 sur 5.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s