« Toute ces choses qu’on n’a jamais faites » de Kristan Higgins

Résumé:

Se faire offrir un verre par un bel inconnu

Rentrer un t-shirt dans un pantalon

Manger un dessert en public…

À dix-huit ans, Emerson, Georgia et Marley ont rédigé une liste des choses à faire quand elles seraient minces, dans l’espoir qu’un jour elles parviendraient à perdre du poids et pourraient enfin commencer à profiter de la vie. Seize ans plus tard, leurs kilos sont toujours là. Mais, lorsque Emerson, tombée gravement malade, remet la fameuse liste à ses deux meilleures amies et leur fait promettre de relever tous les défis, les deux jeunes femmes n’ont pas d’autres choix que de surmonter une fois pour toutes leurs peurs et leurs complexes.

Munies de leur to-do-list, elles sont prêtes à tout oser!

Carte d’identité du livre:

  • Auteure: Kristan Higgins
  • Maison d’édition: Harper Collins
  • Genre: Women fiction
  • Nombre de pages: 506
  • Date de sortie: Mai 2020

Mon avis:

Hello les cocottes on se retrouve aujourd’hui avec un roman de Kristan Higgins qui au départ a été très compliqué à lire… Et pour vous en parler correctement, je vais dévoiler certains éléments de l’intrigue qui nous sont révélés assez tôt dans le livre mais je préfère prévenir.

Au départ je ne savais pas trop quoi en penser. Est-ce que le manière dont le livre traitait le surpoids et l’obésité me plaisait?

Nos héroïnes se perçoivent d’une manière assez violente. En résumant au maximum, on était dans un « je suis moche, je veux être mince, je ne mérite pas d’être aimée… ». Elles se rabaissent et interprètent les regards, les commentaires des autres de manière très dure .

Le début du livre, je vais même dire la première moitié me faisait peur, j’en étais au point de culpabiliser quand je mangeais en lisant… À m’insulter de ne plus avoir fait de sport depuis plusieurs mois…

Mais l’évolution de ces femmes tout au long du livre n’en est que plus jouissive.

Ce livre permet de montrer 3 histoires complément différentes, de comprendre ce que ces femmes peuvent ressentir, de montrer le rapport complexe que toutes les femmes ont à leur corps, les dégâts que la société et son culte de la minceur provoquent sur nous au lieu de nous apprendre à nous aimer comme on est.

Nous avons donc une alternance de chapitres entre 3 protagonistes.

Emerson que l’on apprend à connaître au travers de lettres qu’elle adressait à « Autre Emerson », une version mince et parfaite d’elle-même et qui était en quelque sorte sa confidente.

C’est Emerson et surtout son décès qui va être le point de départ de notre histoire. C’est elle qui va demander sur son lit de mort à Georgia et Marley de rayer enfin les éléments de la « liste des choses à faire quand on sera mince » qu’elles avaient écrite au camp pour jeunes filles obèses à l’âge de 16 ans.

Marley et Georgia, meilleures amies, tellement différentes dans le surpoids.

Marley, d’origine italienne, qui mange sainement, qui fait du sport mais qui est trop grosse. Qui n’a jamais eu la chance d’être en couple, qui n’est que la bonne copine, la fille avec qui on accepte de coucher mais toujours en cachette. Cette jumelle qui a perdu sa moitié enfant et dont la famille plus qu’aimante ne s’est jamais vraiment remise.

Georgia, cette WASP (white anglo-saxon protestant) ou pour parler plus simplement, cette jeune fille blanche issue d’un milieu favorisé, qui a vécu dans une famille éclatée, avec une mère qui a toujours été très critique envers elle et envers son poids, avec un frère odieux et sans son père qui a préféré partir construire sa nouvelle vie sans demander sa garde… Georgia a même été mariée à un homme merveilleux mais comment s’en sortir quand on ne s’aime pas et qu’on a un rapport haineux envers soi-même?

Heureusement au travers de cette liste, elles vont grandir et évoluer.

Et j’ai adoré voir l’évolution de Marley et Georgia. Une évolution propre à chacune.

Au final ce livre qui m’avait fait très peur, parce qu’il faisait un peu écho à mon propre rapport à mon corps, est devenu un énorme coup de coeur.

Note : 5 sur 5.

Ce livre m’a appris a relativiser mon surpoids (qui n’est pas énorme mais qui me dérange vraiment beaucoup) et qui comme beaucoup d’autres choses me dit: aime-toi comme tu es… (c’est pas gagner mais ça finira bien par entrer dans mon cerveau).

Je pense que pour ma génération, c’est trop tard, cette quête de la minceur et du corps parfait est trop ancré dans notre ADN, dans notre mentalité mais pour les générations futures il est important de leur apprendre à s’aimer qu’importe leur taille, leur poids, leurs différences.

C’est donc un livre important d’après moi et je ne regrette pas de m’être laissée tenter.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s